PHOTOGRAPHISTIK

By Laurent deraedt

LIVRE

D'OR

HOME

En cours de rédaction :Quelques conseils pour la photo

lundi 6 mars 2017 10:12

Mon statut n’a pas changé, je n’ai pas de formation en photo ni ne suis devenu un photographe reconnu via un blog ou autre moyen moderne de communication. Quoiqu’il en soit, pour les personnes qui visiteront ce site et ce blog, j’ai décidé de faire un condensé de conseils liés à ma propre expérience et de conseils que l’on retrouve de façon récurrente dans les publications et autres blogs dans ce domaine. 

Régle N°1 : vous faire plaisir : ne pas oublier que faire de la photo est avant tout un loisir et ne doit pas devenir une source de stress et de souffrance. Si des termes techniques comme ouverture, vitesse d’obturation, profondeur de champs, bracketing, Raw et autres vous paraissent insurmontables, alors utilisez vos modes tout automatique et laissez à votre appareil se charger de la technique. Personnellement, j’ai très longtemps utilisé ces modes.  Mais maintenant si vous avez envie de passer du stade de faire des photos aléatoires pendant une réunion de famille à faire du portrait composé, de faire une photo d'une belle fleur de votre jardin à faire une photo en macro du coeur de cette fleur… c’est que le germe a pris en vous et que vous êtes prêt à franchir le cap de "faire des photos » pour vous orienter vers "faire de LA photo". Il y aura alors forcément un passage vers la compréhension de ces termes techniques. Mais faites cet apprentissage en douceur et sans douleur comme en achetant des livres sur la photo, en visionnant des cours avec youtube ou autres médias ou encore mieux en vous inscrivant dans un club (vous assurer que ce dernier se mette au niveau d’un débutant car certains ne visent que les concours) et en vous entrainant.

Régle N°2 : Pratiquer une activité physique régulière: désolé de vous décevoir mais vous ne perdrez pas de poids en faisant de la photo, même si certains objectifs pourraient certainement servir d’altères vu leur poids. La photo, c’est de l’optique qui entre dans le domaine de la physique. Donc si vous voulez progresser, il faut pratiquer la photo régulièrement, comme un sportif suit un entrainement. En ce qui me concerne, cette année j’ai pris la résolution de faire au moins une sortie shooting par semaine. En sortant du travail, je m’impose donc une balade hebdomadaire de 2 heures dans Paris pour trouver un endroit ou des sujets à photographier. Avec les beaux jours qui reviennent, je pense également planifier des sorties photo le week-end. 

  1. Le premier avantage de la pratique est l’acquisition de la maitrise de votre matériel. Au bout d’un certain temps les bon réflexes seront acquis : sac toujours prêt avec le matériel rangé à l’endroit le plus adéquat, carte vidée après chaque sortie, batterie toujours chargée, déploiement et positionnement de votre appareil sur votre trépied les yeux fermés … en bref, tous les automatismes que l’on acquiert par la pratique régulière d’une activité. 
  2. L’autre avantage de la pratique est de commettre et donc d’apprendre de ses erreurs. En pratiquant, vous ferez des erreurs que vous apprendrez à corriger pour ne pas les renouveler à la prochaine sortie. L’été dernier par exemple, j’avais tendance à avoir des photos dont l’horizon n’était pas droit. Même si c’est un défaut récupérable en post-production, le recadrage signifie la destruction d'une partie de votre photo. Il est donc important d’être aussi droit que possible dès la prise de vue. Maintenant je corrige ce défaut lors de la prise de vue en affichant la grille dans mon viseur afin d’aligner les lignes horizontales avec l’horizon du paysage.

Règle N°3 : Se faire violence pour se faire plaisir : Et non je n’ai pas lu 50 nuances ni ne possède d’accessoires en cuire dans ma chambre.Par se faire violence, j'entends rompre votre petit confort pour aller chercher LA photo et la provoquer et ne pas attendre qu’elle vienne à vous. Par exemple : pour bénéficier de la belle lumière d’un lever de soleil, il m’est arrivé l’été dernier en vacances de me lever à 5:30 pour partir sur une plage d’Arcachon pour faire des photos, de même que pendant les vacances de Noël dernier je me suis levé aux aurores pour faire des photos sur l’Axe Majeur de Cergy, dans le brouillard avec les doigts gelés et mes filtres qu’il fallait que je débarrasse régulièrement du givre qui se formait dessus. J’aurais pu rester au lit à faire une grâce matinée au chaud sous la couette mais au final, je suis revenu à la maison très satisfait de certaines de mes photos (qui sont dans ma section paysage)… et avec du pain chaud pour le petit déj de ma moitié (il faut joindre l’utile à l’agréable). Autre exemple, Thomas, le photographe mersois s’est mis en partie à l’eau en plein mois de février dans la Manche (au moins - 30° ressentis) pour faire l’une de ses plus belles prises ... et des anecdotes comme ça, tout photographe en a en tête. 

Règle N°4 :  Soyez le prédateur, pas le mouton: J’ai cette scène qui se répète presque tous les matins en passant devant les Invalides, de ces bus qui libèrent une horde de touristes qui, à peine sur le trottoir, commencent à mitrailler le dôme de la Chapelle Royale. Quand l’un va prendre une certaine pose sur la pelouse, les autres suivent et font la même chose. Bref, ils ramènent tous la même photo avec un modèle différent. Comme pour la Tour Eiffel, un autre exemple flagrant, qui ne l’a jamais prise depuis le haut du Trocadéro comme on la voit régulièrement représentée sur les cartes postales? Je ne critique pas et personnellement, j’en ai aussi une ou deux sur mon site depuis ce même point de vue mais si vous voulez progresser et vous démarquer pour sortir une photo qui ne ressemble pas aux autres, il va donc falloir quitter la toison du mouton pour montrer votre côté prédateur. Choisissez votre proie et jouez avec, en vous avançant vers elle, en reculant, en vous déplaçant de côté, en la contournant, en vous abaissant à son niveau ou en vous relevant. Vous l’avez compris, ne restez pas statique en vous contentant d’un seul angle de prise de vue mais déplacez vous. Faites 2/3 photos d’une position, puis déplacez vous pour trouver un autre angle d'approche et faites encore 2/3 prises et ainsi de suite. La Tour Eiffel peut être photographiée également par exemple depuis la place de la Concorde, sous la passerelle Debilly, depuis le pont Alexandre III, d'une rue avoisinante … Ma petite fierté en la matière est ma photo prise du magnifique pont de l’Axe Majeur de Cergy depuis l’Oise littéralement, en prédation mode requin avec mes pieds et ceux de mon trépieds dans cette rivière. La Communauté de Communes de l’agglomération de Cergy m’a fait savoir via mon compte Instagram qu’ils n’avaient jamais vu ce pont pris sous cet angle. Objectif atteint, à vous de jouer maintenant !

Règle N°5 : Faites un petit raw pour être moins compressé: Comme expliqué dans la première régle, si vous voulez passer un cap, vous devrez vous familiariser avec certains termes comme le Raw qui est selon moi l’un des plus importants. Pour ceux ne pratiquant pas l’anglais, raw signifie brut comme le diamant sorti de sa mine et c’est un peu comme ça que je le vois. Le fichier Raw est un fichier brut n’ayant subi aucune compression contrairement à d’autres types de fichiers comme le jpeg par exemple. Photographier au format Raw génère donc des fichiers assez lourds (de type.CR2 chez canon) de 15 à 20 Mo sur mon 7D par exemple. En effet, comme il n’est pas compressé, toute information enregistrée par chaque cellule du capteur de votre appareil est retransmise intégralement dans votre photo. Et l’avantage est là, vous pourrez par exemple recadrer de façon importante votre photo tout en conservant une bonne qualité pour l'impression, retrouver les couleurs et du détail dans des zones sombres voire presque noires, sauver également en partie des zones trop éclairées, traiter le bruit numérique …Plutôt que de longues explications, faites le test en faisant une photo en mode Raw (priez pour que votre appareil ait un mode Raw) et la même mais en jpeg et en sous exposant pour obtenir une photo sombre, puis augmenter la luminosité de vos deux photos dans votre logiciel de retouche ou faite un recadrage. Une fois le test terminé, vous pourrez dire qu'effectivement il n’y a pas photo. Vous verrez également que les options de retouche de votre logiciel ne propose pas les mêmes options. En ce qui me concerne, mes photos sont toutes prises en Raw et souvent dans des conditions de basse lumière avec des poses longues. Mes photos sorties de mon réflex sont donc souvent sombres ou fortement contrastées avec des zones très sombres et d’autres très lumineuses. En les retouchant dans un logiciel comme Lightroom de Adobe, il est impressionnant de voir ce qu’il m’est permis de récupérer comme détails et couleurs dans les zones sombres. J’en profite pour un conseil stockage selon ma méthode. Il y a sans doute d’autres méthodes mais c’est celle que je pratique. Comme ces fichiers sont lourds et non lisibles sans un logiciel dérawtiseur, je travaille donc dessus dans mon logiciel de retouche (pour le moment Lightroom mais le paiement de l’abonnement mensuel me fera certainement trouver une autre solution plus tard). Une fois mes retouches faites (voir mon billet : pas touche ou retouches ?) j’enregistre le fichier dans une version jpeg (pour moi dans un répertoire photos éditées). Si elles sont destinées à être mises en ligne sur mon site, je les enregistre également dans une taille d’image à 700 pixels sur son côté le plus long (dans un répertoire photo web). Je me retrouve donc sur mon disque avec une version lourde en Raw, une version allégée en jpeg et une version très light toujours en jpeg. Vous vous dites, cool maintenant je peux jeter mes fichiers Raw pour gagner de la place. Surtout pas !! S’il est un fichier à conserver, c’est bien celui-ci car si un jour vous voulez retravailler votre photo, il vous faudra repartir de votre fichier Raw pour les raisons expliquées dans cette règle 5. Donc conservez les sur au moins 2 disques externes, vaut mieux être d’une grande prudence. J’ai également appris récemment dans mon club photo que les fichiers compressés de type jpeg se dépréciaient avec le temps et qu’ils perdaient des données à chaque visionnage. Le fichier Raw lui demeure. Ne vous ai-je pas dit qu’il s’agissait d’un diamant brut ? Donc traitez le comme tel.